LE RIC ET RIEN D’AUTRE

28 janvier 2019 0 Par équipe TCR

LE RIC ET RIEN D’AUTRE

Ce qui s’est passé à Paris ce samedi est un véritable scandale intolérable. En effet, lors d’une manifestation paisible des gilets jaunes, l’un d’entre eux, l’un des animateurs du premier jour reconnu comme non violent a été cruellement blessé à un œil, par un tir inconsidéré de l’un des représentants des forces de l’ordre.

Mais plus grave encore, ce sont les forces de l’ordre qui ont créé le désordre en réagissant violemment à quelques jeunes mineurs qui, il est vrai n’avaient pas leur place à cet endroit et à ce moment. Les lances à eau et les gaz lacrymogènes auraient été bien suffisants pour assurer la dispersion et éviter les graves blessures.

Le comportement et l’importance des forces de l’ordre, est depuis plusieurs semaines, facteur de violence dont il serait possible de se passer.

Les directives qui sont données soient disant pour protéger produisent l’effet contraire. C’est peut-être, on peut le penser, en réalité l’effet souhaité pour décourager les Français mécontents à manifester par crainte de ces violences.

Tous les moyens sont bons, pour casser la dynamique populaire.

Malgré cela, semaine après semaine, les manifestations de gilets jaunes se poursuivent à un rythme étonnant. Le vase déborde.

Une seule chose est à craindre pour ce mouvement de fond, c’est la division, car les doléances sont diverses et variées et pas toujours recevables.

C’est la raison pour laquelle, pour être très forts et très persuasifs, les gilets jaunes auraient grand intérêt à polariser leur action sur le seul principe qui est de très loin la revendication majoritaire : instaurer la souveraineté du peuple, qui est refusée par le personnel politique en général, qui lui ne défend que le pouvoir pour le pouvoir afin d’imposer ses dogmes.

Emmanuel MACRON l’a bien compris, c’est la raison pour laquelle il a décidé de ce qu’il appelle le grand débat.
Ce grand débat est un piège, puisque c’est lui qui impose les thèmes possibles et c’est lui qui en définitive décidera des conclusions à tirer.

Il a déjà répondu non par avance au RIC, à l’ISF et au changement des mesures déjà votées.

En réalité, il contourne la difficulté, sans écouter les principales revendications.

Mais que se passera-t’il à la fin de ce grand débat ?

De toute manière, la seule décision pérenne possible, afin d’obtenir définitivement la souveraineté du peuple, c’est l’instauration du principe du R.I.C.

Les citoyens aujourd’hui sont assez informés pour être en capacité de participer à la vie de leur pays. Si Emmanuel MACRON ne le pensait pas, aurait-il lancé le Grand débat ?

Changer l’équipe au pouvoir, ne changerait pas les méthodes de gouvernance. Il faut commencer par-là afin d’assurer un avenir en conformité avec la vraie démocratie. La preuve est faite que la seule démocratie représentative ne donne pas satisfaction au peuple qui se sent méprisé. D’où la multiplicité des manifestations de rue.

C’est la raison pour laquelle, les gilets jaunes sont dans l’erreur, s’ils ne concentrent pas leur action sur une seule revendication celle de la mise en place d’un contre-pouvoir citoyen, cela empêchera que la France ne soit à chaque fois entre les mains d’une minorité de gouvernement. Lorsque, un Président a entre 25 et 30 % d’opinions favorables, cela veut dire que 65 à 70 % des Français sont mécontents.

L’instauration du principe du RIC, devrait être un préalable à tout autre débat.

On traite les Français de râleurs et d’éternels mécontents, ce ne sont pas les Français qui sont en cause mais les conditions d’arrivée au pouvoir et ensuite le fait d’être gouverné par une minorité ce qui est tout à fait contraire à la démocratie, puisque la majorité du peuple subie sans pouvoir intervenir ailleurs que dans la rue..
Seul le RIC permettrait à la majorité silencieuse (qui ne l’est plus avec les gilets jaunes) d’être obligatoirement écoutée.

Pour l’instant c’est la chienlit, avec les bonnets rouges, les gilets rouges, les gilets jaunes, la CGT, la CFDT, les partis d’opposition, c’est la palette des revendications qui est présente dans la rue.
Toutes les objections faites au RIC, sont de faux semblants. C’est refuser au peuple de s’exprimer et la situation actuelle prouve que ce n’est plus possible de continuer comme cela. Le pays est à la fois au bord du gouffre et de l’insurrection.

Emmanuel MACRON et ses ouailles ne sont plus en odeur de sainteté. La seule solution qui lui permettrait de sortir par le haut : c’est de proposer aux Français, par référendum, une réforme constitutionnelle en faveur du principe du RIC.

C’est ce débat-là, qui est nécessaire à la France et prioritaire et rien d’autre.
C’est de cette réforme de la démocratie française qu’il faut débattre pour trouver une solution acceptable pour toutes les parties : les élus et le peuple. La solution du référendum partagée n’est pas acceptable non plus, il doit y avoir d’une part les élus représentants du peuple et d’autre part des citoyens responsables en capacité de prendre la parole sur les sujets d’importance pour le pays.

Un point très important également, c’est la réforme de la loi Notre. En effet les conditions d’admission au scrutin présidentiel sont à revoir. Le fait que seuls 500 signatures d’élus donnent l’accès au vote, ce sont toujours à peu près les mêmes qui s’opposent. La porte à l’élection présidentielle est fermée à des candidats qui pourtant, sont en capacité de gouverner le pays.

Les Maires, qui dépendent des subventions de l’état, subissent des pressions si fortes que beaucoup succombent à la tentation. Ils attendent le dernier moment pour apporter leur signature à celui qui est le favori des sondages. Encore une méthode anti démocratique.

Une fois le principe du RIC mis en place, il est évident que le changement de gouvernance se fera. Il est évident que les Français qui s’intéressent à la politique de manière générale, participeront aux débats et aux votes. Il est évident que les élus seront amenés à changer de méthode et à se mettre au service des citoyens et non plus l’inverse.

C’est une toute autre philosophie politique qui se mettra en place. Quand quelque chose ne va pas, il faut savoir pourquoi et ensuite traiter le mal.

Le mal Français, c’est le système des partis. Les partis sont un mal nécessaire, mais il faut en face d’eux un contre-pouvoir citoyen : c’est le principe du RIC.

Refuser de prendre en compte la souveraineté citoyenne revient à ne s’occuper que des conséquences d’une situation sans s’attaquer aux racines du mal. L’avenir des Français ne s’améliorera pas tant que nos dirigeants refuseront de voir l’évidence, le refus des citoyens de subir une République monarchique qu’est devenue le Vème République en l’état.

Un exemple parmi tant d’autres, les dépenses publiques sont devenues un puits sans fond et le Grand débat est truqué d’entrée de jeu, les thématiques abordées soigneusement encadrées, les publics sélectionnés, la propagande officielle aux ordres.

C’est la raison pour laquelle, le premier grand débat, devrait être :

                                                    LE RIC ET RIEN D’AUTRE