La mise en oeuvre de la démocratie semi-directe est devenue indispensable

10 octobre 2019 0 Par équipe TCR

La multiplication des manifestations ne sert à rien

 

Manifester pour manifester, c’est le meilleur moyen de ne rien obtenir… et de cela le gouvernement est parfaitement conscient. Chirac aurait déclaré « ça m’en touche une sans faire bouger l’autre ».!!!!!!

Chaque manifestation perturbe la vie des Français mais certainement pas la vie des gouvernants. Tout au plus cela engendre des déclarations politiques qui ne sont que des arguties.

Non, c’est notre système politique qui apporte tous ces mécontentements. Ce système qui se moque de la souveraineté du peuple et qui refuse de l’écouter et de lui donner la parole quand il le juge nécessaire.

Le pouvoir suprême étant toujours détenu par un leader de parti, donc un idéologue qui pense détenir la vérité et qui s’efforce de l’imposer à travers sa majorité gouvernementale et législative, mais laquelle majorité ne se retrouve pas dans le peuple. En effet le système est ainsi fait, qu’avec 20 % d’opinions favorables, on peut diriger le pays et lui imposer des décisions qui ne sont pas d’intérêt général et reconnues comme telles.

Le Général de Gaulle, en visionnaire qu’il était, avait prédit que le régime des partis mènerait le pays à la faillite. Et bien nous y sommes.

La seule solution sérieuse et de bon sens est de faire évoluer ce système de République monarchique vers une démocratie semi-directe.

C’est-à-dire la mise en place d’une organisation nouvelle avec un contre-pouvoir citoyen en capacité de modifier les décisions qu’il considère devoir être validées ou invalidées par le corps électoral.
Ce nouveau système, mettrait les gouvernants dans une position tout à fait différente et dans l’obligation de consulter largement les citoyens sélectionnés par tirage au sort avant d’imposer quoique ce soit au peuple de France. Cela limiterait vraisemblablement le nombre hallucinant de lois et de règlements et les obligeraient à s’attaquer à tous les gaspillages et structures inutiles pour se consacrer aux vraies priorités de gestion du pays.

Il n’y a pas de vraies démocratie sans un véritable contre-pouvoir citoyen à l’écoute du pays..

: