EN FINIR AVEC LA BARBARIE

19 octobre 2020 0 Par équipe TCR

Le temps de la barbarie nécessite une France Rassemblée

en capacité d’influencer les gouvernants vers un retour à la sérénité des Français

..

Un pays ne peut pas demeurer longtemps pacifique quand l’insécurité règne, quand sa police subit des attaques incessantes et meurtrières, quand des réseaux religieux sont capables de mettre en marche le processus qui conduit à l’effroyable assassinat d’un enseignant après de nombreux autres attentats terroristes.

Cette situation n’est-elle pas la conséquence de laxisme gouvernemental, depuis plusieurs décennies ?

N’avons-nous pas été trop tolérants avec des comportements et des croyances qui vont non seulement contre des valeurs dites de la République, mais surtout et plus encore contre celles de la morale commune qui a construit notre civilisation sur le respect de la dignité humaine, de l’intégrité et de la liberté de chaque être humain ?

N’avons-nous pas été trop conciliants avec ceux qui sont venus nous demander de les aider, de leur offrir des soins, une éducation, et une sécurité que certains d’entre eux, piétinent sans vergogne ? Comment admettre que la laïcité, fondée d’ailleurs sur le socle du respect de toutes les croyances, soit si ouvertement combattue ?

Nous pouvons accueillir ceux qui respectent notre droit, nos mœurs et nos conceptions de la vie au moins autant que nous respectons les leurs. Nous pouvons les assister quand ils en ont besoin, nous pouvons le faire dans la limite de nos capacités d’accueil et d’intégration. Mais nous ne pouvons pas tolérer, entretenir, voire favoriser des idéologies et/ou des individus qui n’ont pour objectif que de détruire par tous les moyens, y compris les plus belliqueux, les bases de notre société. Cette tendance étant de plus en plus opérationnelle.

Ne sommes-nous pas coupables de cet état de fait ? Au fil des ans, nos dépenses sociales ont dépassé toutes les bornes raisonnables. La France y consacre le tiers de sa richesse annuelle, 50% de plus que la moyenne des pays de l’OCDE. Et elle n’a plus les moyens de disposer d’une police, d’une armée, d’une justice bien formée, bien outillées, adaptées aux exigences de la situation. Le budget de l’ensemble de ces dépenses régaliennes est dix fois inférieur à nos dépenses sociales. Les mesures financières prises en faveur des victimes de la Covid 19, n’arrangent rien, mais prouvent que nécessité fait loi. La nécessité d’anéantir la barbarie, en est une autre.

N’avons-nous pas été naïfs ? Aux parents qui se plaignaient de l’attitude du professeur d’histoire, le Rectorat ne prévoyait pas de leur demander de respecter la liberté de l’enseignement, mais de sanctionner l’enseignant. Faut-il encore s’excuser auprès de ceux qui veulent nous couper la tête ?

Notre tolérance, devenue abandon et faiblesse, permet désormais l’intolérable.

A nous de retrouver une force de convictions communes pour éviter de tomber en servitude et pour pouvoir accueillir l’autre sans crainte. Commençons peut-être aujourd’hui par demander à chaque Imam, chaque prêcheur de condamner sans réserve le crime de décapitation commis et plus généralement toute violence physique exercée pour désaccord avec la foi de quiconque. Cette mesure est nécessaire mais pas suffisante.

Ce sera un premier moyen d’asseoir une vision commune a minima dans l’ordre de nos relations humaines. En même temps, exigeons que l’Etat exerce pleinement ses missions régaliennes qui sont d’assurer à tous la paix et la tranquillité pour le meilleur exercice de nos libertés. Ce sera le meilleur moyen d’honorer les victimes des extrémismes et de la vacuité de l’Etat.

Pour cela, il est nécessaire que les citoyens aient la faculté de proposer aux Françaises et aux Français des solutions concrètes, que nos gouvernants négligent.

La solution est bien, là aussi, d’instaurer les Agoras Citoyennes de France, le référendum d’initiative citoyenne et une démocratie semi-directe afin de compenser les insuffisances gouvernementales, dues aux faits politiques.

Les manifestations d’une journée, n’influencent personne, et n’ont qu’une seule valeur, celle d’honorer les victimes. Mais pour traiter les causes de cette barbarie à la source et de résoudre les problèmes de l’immigration sauvage, il est indispensable de légiférer pour une tolérance zéro et un meilleur contrôle de l’immigration clandestine.

Rendez-vous sur :

contact@lesagorascitoyennesdefrance.fr

 

Pour nous faire part de vos réactions.