L’enjeu est de modifier ou de maintenir le système politique français

16 janvier 2021 0 Par équipe TCR

Être favorable à une évolution de notre système politique des partis ou au maintien du système oligarchique actuel

C’est l’enjeu des prochaines années

Les nouvelles dispositions prises au niveau des Agoras Citoyennes de France font ressortir un état d’esprit nouveau.

 

En effet, il faut être réaliste et considérer que nos Gouvernants et le Président de la République en premier lieu, sont confrontés à une très grande diversité de problèmes posés et cela au quotidien, car la vie est de plus en plus compliquée, dans une mondialisation éprouvante. Les enjeux sont énormes et se faire élire sur un programme à la Prévert, pour attirer les votes, n’a plus beaucoup de sens, car tout évolue à une vitesse de plus en plus rapide.

Ces problèmes sont traités par une armada de technocrates et d’experts, qui sont loin du terrain, même s’ils consultent des représentants des professions et des syndicats, les décisions restent entre les mains d’un pouvoir oligarchique. L’Assemblé Nationale étant devenue une simple chambre d’enregistrement.

C’est la raison pour laquelle, les Agoras Citoyennes de France revendiquent la participation citoyenne au pouvoir, sous la forme d’une démocratie semi-directe à la Française.

Cela consiste à organiser officiellement une Agora Citoyenne dans chaque circonscription, dont les participants seront des Citoyens volontaires et bénévoles, le plus représentatif possible de l’ensemble de la population dont le nombre est fixé à une quarantaine de personnes tirées au sort pour les débats, parmi la liste de volontaires.

Ces Agoras territoriales, seront reliées à une Agora Nationale (une forme de Sénat Citoyen) dans laquelle, chacune des Agoras de circonscription aura son représentant (choisi ou tiré au sort). Son nombre de participants sera identique au nombre de circonscriptions, c’est-à-dire actuellement 577 Agoréennes et Agoréens. Ils seront par la force des choses, en liaison avec les députés qui seront de ce fait, mieux informés des avis citoyens. Ce seront au total 23 080 citoyens mobilisés une fois par mois, pour traiter du même sujet, déterminé par l’Agora centrale. C’est autre chose que les 150 Français d’un soit disant comité pour le climat, choisis sur une liste déterminée par l’Elysée.

Ce Sénat Citoyen détiendra le pouvoir référendaire. Il aura pour mission de centraliser toutes les propositions de chacune des Agoras, de déterminer quelles sont les plus nombreuses et d’en tirer des pétitions qui si elles atteignent le nombre de signatures prévues, deviendra obligatoirement un référendum national, mis en œuvre par le Président de la République et le Ministère de l’intérieur. Toutes les règles de fonctionnement seront établies par les Agoras elles-mêmes

Il s’agit bien là d’une participation citoyenne au pouvoir et une aide à nos gouvernants, pour l’obtention d’une majorité dans les décisions importantes à prendre.

Il ne s’agit pas d’un contrepouvoir, mais d’un pouvoir complémentaire. La longue vue du pouvoir politique en place.

Le Président de la République, sera tenu de consulter les Agoras pour s’imprégner de la situation sur le terrain et du risque de voir d’immenses manifestations s’organiser et ses décisions abrogées par référendum.

Cette participation citoyenne au pouvoir sera bien une évolution dans la chaine des décisions qui aujourd’hui est totalement centralisée et détenue par une oligarchie et donne de très mauvais résultats et naissance à une contestation de plus en plus vive.

Les Français sont de plus en plus nombreux à se sentir piégés dans un système bloqué qui les prive de plus en plus de libertés et qui prend des décisions contraires à leurs intérêts et à celui de la France pour son avenir et cela beaucoup trop fréquemment.

Le résultat de cette situation, est que la France est dans un contexte prérévolutionnaire et que la manière de gouverner fait que l’état ne maitrise plus vraiment le principe d’une bonne gestion, et est obligé souvent de déployer et d’utiliser la force pour maintenir l’ordre.

Cela n’est plus tenable et doit évoluer, c’est une certitude.

On peut considérer, aujourd’hui, que la France doit se différencier en deux parties :

  • Ceux qui souhaitent le maintien du système des partis actuel avec tout ce qu’il comporte comme inconvénients
  • Ceux qui souhaitent l’évolution du système avec la participation citoyenne aux décisions politiques, qui semble être le moindre mal dans le but de constituer une unité nationale, ce que les partis sont absolument incapables de faire.

Mais cette position doit être clairement explicitée afin que se dégage soit une majorité dans la poursuite du système actuel soit une majorité pour son évolution.

Sachant qu’il n’y a pas de bonheur parfait, mais il y a l’organisation la moins pire et la mieux adaptée aux temps modernes.

Le devoir citoyen étant de se prononcer et de s’engager clairement. C’est chacune et chacun des électeurs qui doivent signer pour l’une ou l’autre des propositions. Ne pas le faire, c’est marquer sa volonté de ne rien changer en s’abstenant et en restant neutre dans une certaine inertie.

Il existe une pétition sur le site :

https://www.lesagorascitoyennesdefrance.fr, qui propose une version de cette évolution possible.

La signature de cette pétition, par une majorité citoyenne, est l’ouverture à une nouvelle ère politique dans notre pays.

Elle permettrait de ne plus laisser au pouvoir en place la possibilité d’être à la fois juge et parti et d’être seul maître à bord. Ce qui n’est certainement plus adapté à notre pays, la France qui pour l’instant réagit par des critiques,, doit en l’état actuel des choses : Agir.

Il ne s’agit pas de prendre le pouvoir, mais d’y participer utilement. Il ne s’agit pas de faire la chasse aux sorcières, mais d’intervenir quand il le faut.

Aujourd’hui ce n’est pas possible, ce pourrait être possible demain, si les citoyens prennent conscience de cette possibilité qui leur est offerte et prennent une position tranchée.

L’association TOUS CITOYENS RESPONSABLES propose une solution pratique avec la signature de la pétition des Agoras Citoyennes de France, et la possibilité d’en être l’une ou l’un des volontaires Agoréennes ou Agoréens pour participer aux propositions citoyennes et activer leur nouveau pouvoir référendaire.

Merci à toutes celles et à tous ceux qui seront convaincus par cette opportunité salutaire pour la France.